© Joséane & cie

Libérez votre plume de son style prédéfini

April 4, 2018

 

 

Petite grande question comme ça : vous écrivez depuis combien de temps ? Ça fait combien d’années que vous allongez les mots sur des pages et des écrans blancs ? Que vous accumulez les cahiers gribouillés tachés de café ?

 

Temps à écrire + habitude = excellence, parole d’Aristote !

 

Je vous pose la question aujourd’hui pour vous faire prendre conscience que ça fait déjà un bon bout de temps que vous écrivez. Et ça, c’est si vous n’avez pas répondu comme moi : « Euh... Depuis... avant même que je sache écrire !? »

 

Oui, vous écrivez depuis des années, qu’on se le dise ! Pour citer Aristote : «Nous sommes ce que nous faisons à plusieurs reprises ; l’excellence n’est donc pas un acte, mais une habitude.» Il y a donc fort à parier que vous commencez à devenir drôlement excellent avec votre plume avec le temps ! Vous perfectionnez vos mots chaque fois que vous les exprimez.

 

Trouver sa voix… jusqu’à ce que ça devienne l’unique voie...

 

Vous remarquerez peut-être, aussi, ce petit truc agaçant... Le fait qu’avec les années, votre style bien particulier a commencé à s’accrocher à tous vos textes. Votre style, sournois, est devenu votre voix unique au fil du temps, traçant une voie à sens unique qui vous limite. Je parie même que vos lecteurs le commentent, ce fameux style collé à votre peau d’auteur. Ça y est, votre style a durci comme une sculpture en pâte à modeler laissée trop longtemps sur le comptoir un dimanche après-midi !

 

De la pâte à modeler, c’est fait pour jouer, non !?

 

Oh oui ! Je vous le confirme, la pâte à modeler, c’est conçu pour s’amuser. C’est un outil de métamorphoses. Exactement comme vos mots.

 

Alors, attention — c’est comme arracher un plaster, ça peut faire mal – je vous pose LA question : « Qu’en est-il de votre style ? Jouez-vous avec ou l'avez-vous laissé se figer ? »

 

Si on m’avait posé la question il y a deux semaines, j’aurais été obligée de répondre : « Zut, ma plume ne vole plus ! » Je l’avoue, après 5 — OK 6 ans — à travailler sur mon roman, je me suis lancée dans une aventure avec une seule voix.

 

Là n’est pas le problème, évidemment ! C’est essentiel de conserver le style d’un texte pour qu’il soit cohérent. Mais l’appliquer à TOUT ce que j’écris, est-ce vraiment de la liberté ? Je vous laisse méditer ou prendre une gorgée de café là-dessus…

 

Votre mission d’écriture : libérer votre plume de son style prédéfini, juste pour voir

 

Votre mission cette semaine, si vous l’acceptez, sera d’écrire un court texte dont le style vous étonnera vous-mêmes. Jouez avec les mots, les tons et les niveaux de vocabulaire ! N’oubliez jamais qu’ils sont votre pâte à modeler. Offrez-leur une twist étrange ou rigolote ou crue, ou n’importe quoi d’autre !

 

Peut-être qu’un petit joyau jaillira de cette nouvelle plume libérée, qui sait ? Ma nouvelle écrite en joual lyrique humoristique en a charmé plus d’un — moi la première.

 

Quelle fraîcheur ! Quelles infinies possibilités quand on cesse de s’autoplagier ! C’est vrai, Joséane est plus qu’un seul style. Elle regorge de façons de s’exprimer. Oui, je suis une écrivaine foisonnante, et vous aussi!

 

Pour les curieux, mon extrait se trouve plus bas. 

 

Littérairement vôtre,

Joséane 

 

 

 

 

 

Joséane Toulouse est écrivaine, coach littéraire et blogueuse, entre autres! Elle vous livre ses défis et ses victoires dans ce blogue coloré.

 

Libérons l'écriture, un auteur à la fois!

 

 

 

 

 

 

 

Extrait issu du nouveau style spontané de Joséane :

 

« Chus pas en SPM Saint-Simono ! Chus juste écœurée d’toé Guillaume. Pis d’moé. De moé icitte. Décampe. J’t’emballerai pas dans mes boites. Tu survivrais pas en Abitibi, grande échalote à barbe. Enwoye, sors de mon lit ! »

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

Sortir du désert aride de l'écriture

November 14, 2019

1/7
Please reload

Recent Posts