© Joséane & cie

Parce qu'écrire libère

February 24, 2019

 

 

 

Joséane & cie a célébré ses deux ans au début du mois de février 2019. Ça m'a donné le goût de vous partager l'origine de mon entreprise! Voici ce qui m'a donné l'élan pour devenir entrepreneure : diffuser le pouvoir libérateur des mots.

 

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours adoré créer des histoires. Avant de savoir former des lettres pour coucher mes idées sur papier, j’ai inventé des milliers d’intrigues avec mes blocs lego et mes barbies. Oui, ça m’a fait jouer aux barbies longtemps! N’était-ce pas formidable de tenir nos personnages dans nos mains?

 

Après cette enfance créative, je n’ai pas besoin de vous dire que la dactylo de ma mère a été usée par mes doigts! On me fait souvent remarquer, d’ailleurs, que j’ai gardé de cette expérience le mouvement de la tête en fin de phrase. Vous savez, quand le «ding!» se fait entendre et que l’on doit renvoyer le curseur à gauche? Ma tête imite le curseur à mon corps défendant!

 

Et de la dactylo, je suis finalement passée à l’ordinosaure à disquettes. Le rêve! Je pouvais effacer ou déplacer un mot, une phrase, un paragraphe entier d’un seul clic. C’est sur une disquette que se trouve la première nouvelle que j’ai publiée à 18 ans. Ça, et des centaines d’essais/erreurs que je n’oserais vous montrer mais qui m’ont procuré joie et apprentissages.

 

De l'enfance libre à la structure des études

 

Est-ce que j’ai besoin de vous dire que mes parents n’ont pas du tout été surpris quand je me suis inscrite en Arts et lettres au cégep? Ni quand je leur ai annoncé que j’avais trouvé mon programme universitaire de rêve en Études littéraires à l’Université Laval? Oui, c’était à 10 heures de route de chez nous. À Québec, moi qui avait fait grandir mes histoires en Abitibi. Mais malgré les défis de la distance, du logement, des frais et des peurs, mes parents en or ont investi en moi et m’ont permis de réaliser mon rêve: étudier en littérature.

 

Oh! Ça a été aussi merveilleux que traumatisant étudier en littérature!

 

Merveilleux parce que j’étais entourée de passionnés d’histoires, comme moi. J’étais stimulée, nourrie, inspirée. Merveilleux parce que j’y ai acquis des fondations solides sur l’art d’écrire. Sur les différents courants et genres littéraires à travers les siècles. Sur ce qui fait qu’une oeuvre est géniale, à la fois ancrée dans son époque et universelle dans ses thèmes. Merveilleux parce que mon travail unique, c’était de lire, savourer et analyser des histoires. Et parfois d’écrire en compagnie de maîtres inspirants et constructifs.

 

Traumatisant parce qu’étudier de grands classiques, ça impressionne grandement un saboteur! Hi la la! Quel blocage de mon artiste intérieur ai-je ensuite vécu pendant près de dix ans! Chaque mot, chaque ligne ne me semblait plus à la hauteur de mes idoles. J’avais lu mieux et, soudain, ma spontanéité créative mourrait dans l’œuf. Je ne me laissais plus le droit à l’échec, à l’essai, ni à l’élan primitif pourtant cultivé pendant toute mon enfance.

 

Autre trauma à la sortie de l’école : qu’allais-je faire avec un bac en littérature? Je n’étais ni avocate ni kinésiologue, je n’avais aucune profession à part une compréhension subtile de l’âme humaine à travers les histoires. Intangible, flou et effrayant, vous dites? Je n’étais pas convaincue de pouvoir subvenir à mes besoins de base avec cet outil pourtant magique!

 

Être une littéraire dans un monde rationnel

 

J’ai donc fait ce que toutes les femmes Toulouse font depuis deux générations : enseigner. Je suis devenue professeure de littérature au collégial. Génial! Jusqu’à ce que je tombe en épuisement professionnel parce que je voulais plus que mes étudiants. Parce que je tenais mordicus à éveiller une étincelle dans leurs yeux. À allumer le feu dans leur cœur. À leur faire expérimenter le pouvoir des histoires, coûte que coûte, quitte à planifier des heures durant un simple cours de deux heures.

 

Je me sentais à ma place comme professeure, à titre de transmetteuse, mais le cadre scolaire persistait à m’épuiser, année après année, alors je me suis mise à chercher autre chose. Toujours en lien avec l’écriture, avec les mots transformateurs.

 

J’ai été membre du C.A. d’une maison d’édition régionale, représentante dans une maison d’édition montréalaise, libraire dépensant autant en achat de livres que la somme de mon salaire hebdomadaire, agente de bureau dans une boite de créateurs et réviseure linguistique. J’ai fait le tour des horizons des mots avant d’écouter ma sœur entrepreneure.

 

« Jo, m’a-t-elle dit avec tout le sérieux du monde, tu serais tellement bien si tu lançais ta propre compagnie! Tu pourrais faire ce qui te passionne le plus et choisir ton horaire. Tu as quelque chose d’unique à offrir; arrête de le chercher ailleurs qu’en toi! La job que tu cherches, c’est toi qui peut la créer. »

 

Oser créer une entreprise à l'image de mes rêves

 

J’ai suivi ce conseil, la peur au ventre, mais la tête pleine de papillons. Et depuis que je me suis lancée en février 2016, il ne se passe pas un jour sans que je remercie la vie.

 

Parce qu’aujourd’hui, je dédie ma vie à l’écriture d’histoires! Les miennes et celles des autres. Je voue ma vie au pouvoir guérisseur des mots. À la puissance libératrice de l’écriture.

 

Aujourd’hui, je ne peux plus rester bloquer dans l’écriture parce que vous, chers écrivains que j’accompagne, vous m’inspirez. J’apprends de vous comme vous apprenez de moi.

 

Aujourd’hui, je peux enfin transmettre ma passion de l’écriture à des personnes qui en raffole et qui en redemande. Et ma créativité ne fait que s’amplifier au lieu de s’épuiser!

 

Aujourd’hui, je suis au service du plus bel outil libérateur que je connaisse : l’écriture!

 

J’offre des ateliers d’écriture exploratoires pour retrouver le plaisir profond des mots, des formations intensives pour apprendre à donner vie à des histoires et du coaching privé pour guider les auteurs en processus d’écriture.

 

Joséane & cie : rampe de décollage de fusées créatives

 

Je réalise, au fil du temps, que mon entreprise Joséane & cie est comme une rampe de décollage de fusées créatives. C’est ici que prennent forme des rêves d’écriture avant de s’envoler dans l’univers de la publication.

 

C’est ici que je deviens une sorte de sage femme accompagnant les auteurs dans la naissance de leur oeuvre. Et c’est tellement tellement beau! Chaque accouchement me remplit de gratitude et de joie! Et des accouchements, il y en a déjà eu plusieurs depuis le lancement de mon entreprise, wow!

 

Vous rêvez d’écrire vous aussi? Comme moi, vous sentez que vous êtes né pour ça? Voici une réflexion que j’adore à ce sujet :

 

« Nos rêves créatifs les plus profonds proviennent d’une source divine. Au fur et à mesure que nous nous dirigeons vers nos rêves, nous nous dirigeons vers notre divinité. »

 

- Libérez votre créativité, Julia Cameron

 

Je crois tellement que si notre instinct nous pousse à écrire, c’est que cela fait partie de l’une de nos missions ici sur terre. C’est que nos mots, nos histoires, ont le pouvoir de nous transformer, de nous guérir et de nous libérer nous-mêmes pour ensuite en faire autant chez nos lecteurs. C’est quelque chose de plus grand que nous, qui nous dépasse, n’est-ce pas?

 

Que vous en soyez à la touche finale de votre oeuvre, en processus d’écriture ou bloqué à l’origine du projet, moi et mon équipe sommes là pour vous permettre de grandir par l’écriture. Nous vous guiderons avec bienveillance, compétence et créativité vers ce cadeau de vous à vous et de vous à l’humanité.

 

Parce qu’écrire libère, Joséane & cie vous donne les outils pour y arriver, et ça nous remplit le cœur de bonheur!

 

Vous voulez en savoir plus sur nous? Cliquez ici!

 

 

 

 

 

Joséane Toulouse

 

Coach, écrivaine et inspiratrice

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

Sortir du désert aride de l'écriture